Rencontre avec 5 femmes qui font vibrer le monde de la gastronomie

1 January 2022
Journée de la Femme

Elles sont cheffes, sommelières ou réalisatrice mais avant tout femmes. Dans leur cuisine, leur cave à vin ou derrière leur caméra, elles ont en commun d’être passionnées par leur métier et de faire de leur féminité une force. TheFork donne la parole à cinq femmes qui font la gastronomie d’aujourd’hui et de demain.

 

Les femmes seraient moins présentes que leurs homologues masculins dans la restauration… Cette idée reçue représente-t-elle la réalité ? Cette année, la Journée internationale de la Femme est célébrée sous le thème #BreakTheBias qui déconstruit les préjugés pour  un monde plus inclusif et équitable. TheFork a aussi cherché à déconstruire ces préjugés en partant à la rencontre de cinq femmes qui bousculent l’univers de la gastronomie : 

  • Vérane FRÉDIANI - productrice documentariste qui met brillamment en lumière les femmes et talents féminins de notre gastronomie 
     
  • Coline FAULQUIER - Cheffe étoilée du restaurant Signature à Marseille - Finaliste Top Chef 2016 en France  
     
  • Rebecca LOCKWOOD - Cheffe du restaurant étoilé Agapé à partir du 8 mars - ancienne cheffe de Madonna & candidate Top Chef Brésil 2019
     
  • Rosanna PONGE - cheffe sommelière au restaurant étoilé Agapé à Paris 
     
  • Etheliya HANANOVA - Sommelière et propriétaire du restaurant étoilé Comice à Paris - Elle rêvait de devenir chanteuse lyrique mais la passion familiale pour la restauration l’a emporté.

 

 

👩‍🍳👩‍💼 Femme cheffe de cuisine & femme cheffe d’entreprise

La place des femmes en gastronomie professionnelle a toujours été importante et elle l'est encore plus aujourd'hui.
Vérane Frédiani 

Certains estiment que les femmes cheffes se comptent en moindre nombre que leurs homologues masculins dans l’univers de la restauration. Que nenni ! 

La place des femmes a toujours été importante en cuisine et plus encore, en gastronomie professionnelle, soutient Vérane Frediani, réalisatrice du film “À la recherche des femmes cheffes”. Elles représentent la moitié des effectifs en école de cuisine, comme à l’Institut Paul Bocuse par exemple. D’ailleurs, contrairement aux hommes, la plupart d’entre elles sont déjà titulaires d’un bac général ou d’un diplôme universitaire lorsqu’elles intègrent une filière professionnalisante. Les compétences qu’elles acquièrent pendant leurs études générales (gestion, management, comptabilité etc.) leur permettent ainsi d’ouvrir leur propre restaurant plus facilement que leurs confrères masculins. “Cet esprit d’entreprise devrait être vu comme une force (...) Comme tout groupe de personnes discriminées pendant des années, elles ont acquis une force mentale et créative que les hommes chefs assis d'office sur un trône par leur genre n'ont pas vu venir” assure la réalisatrice. 

Mais n’oublions pas que cet esprit d’entreprise n’est pas l’unique raison qui incite les femmes à ouvrir plus rapidement leur restaurant. “La discrimination dont elles sont victimes dans certaines cuisines étoilées et grandes brigades les pousse à ouvrir leur propre adresse plus rapidement que les hommes.” rappelle la réalisatrice et co-autrice du livre Cheffes, 300 femmes qui font la différence dans les cuisines de France (Nouriturfu, 2019) . 

L’évolution positive de la place des femmes en restauration

Être une femme sommelière suscite de l’intérêt et de la curiosité, comme si c’était un sujet qui méritait une attention particulière, alors qu’en réalité, le cœur du sujet, c’est le vin” explique Etheliya Hananova, sommelière et propriétaire du restaurant Comice à Paris.

Si les femmes cheffes ou les femmes sommelières n’ont pas toujours été acceptées dans ce monde que beaucoup pensaient “masculin”, elles ont eu l'habileté de retourner cette situation à leur avantage. “Aujourd’hui, avoir une femme cheffe dans ses cuisines, c'est l'assurance de moderniser son image et son public.  Avoir une femme cheffe, c'est cool. Bonne nouvelle ! estime Vérane Frediani. 

“Je pense (j'espère!) qu'aujourd'hui les femmes ne se posent plus de questions sur leur qualification au métier (de la sommellerie, NDLR)." Etheliya HANANOVA  On parle donc davantage de compétences et de personnalité pour réussir dans le métier plutôt que du genre de la personne. Bonne nouvelle !

Les femmes ont profité de cette opportunité d’être mises sur le devant de la scène pour véritablement exprimer tous leurs talents et utiliser cette fenêtre comme tremplin pour leur carrière. "Il y aura toujours des machos ou des personnes qui considèrent que les femmes ne sont pas à leur place dans les métiers de la restauration et de l’œnologie. C’est à nous de les convaincre, de les surprendre et de leur montrer que la touche féminine a toujours sa part de magie…” témoigne Rosanna Ponge, cheffe sommelière du restaurant étoilé Agapé à Paris, restaurant partenaire TheFork.
 

 

👩‍👧‍👦Concilier vie de famille et carrière professionnelle en tant que femme cheffe 

 Je suis cheffe d’entreprise, oui, je suis cheffe de cuisine mais je suis avant tout une femme et une maman. Coline Faulquier

Être femme cheffe et mère de famille a longtemps été vu comme imcompatible. Bien que les métiers de la restauration impliquent certains sacrifices (horaires décalés, coupures…), il est possible de concilier vie privée et carrière professionnelle à condition de faire les bons choix.

C’est en tout cas la vision de Coline Faulquier, cheffe étoilée du restaurant gastronomique Signature à Marseille, partenaire TheFork.

Quand j’ai ouvert Signature, j’ai fait le choix de fermer le week-end et c’est quelque chose que je ne regrette absolument pas. Je suis fermée le samedi et le dimanche car j’ai un petit garçon que je ne veux pas laisser de côté. Oui, je suis cheffe d’entreprise, oui, je suis cheffe de cuisine mais je suis avant tout une femme et une maman.

Et lorsqu’on lui demande comment elle a fait pour ne pas voir son fils pendant les 7 semaines de tournage Top Chef, Coline Faulquier nous répond qu’elle se demande surtout, pourquoi elle a passé tant de temps à penser qu’elle devait choisir entre carrière et vie de famille.

La finaliste de Top Chef 2016 a donc décidé de ne pas choisir. Enfin, si, elle a choisi la voie de l’excellence, tout en étant maman : “Mon fils me voit moins mais me voit heureuse (...) je ferme toujours le restaurant à noël car j’ai fait le choix d’avoir un enfant et j’estime que quand on est maman, c’est important de passer noël en famille”. Elle a ainsi trouvé un moyen de se réaliser et de s'épanouir derrière les fourneaux tout en devenant un exemple pour son fils. “Mon fils me voit moins mais me voit heureuse, et quand on a eu l’étoile, ça a été le premier à hurler de joie."

 

📺 Et la présence des femmes dans les médias ?

Si selon Vérane Frédiani, les critiques gastronomiques et les médias français accordent peu de place aux femmes cheffes, sommelières ou responsables de salle, faute d’accès à des moyens marketing et financiers suffisants pour qu’elles se munissent d’un.e attaché.e de presse au bras long, ce n’est pas le cas partout !

Au Brésil par exemple, la cheffe Rebecca Lockwoodqui a pris les commandes du restaurant étoilé Agapé le 8 mars 2022 (coïncidence de cette date symbolique ?), explique que les femmes sont bien présentes dans la version brésilienne du concours culinaire Top Chef. “Je vivais déjà à Paris quand j'ai reçu un appel de Top Chef Brésil. Ils recherchaient des femmes pour participer à la première édition du programme. Contrairement à la France, ils sélectionnent le même nombre de participants masculins et féminins. Je n'ai pas gagné le concours mais j'ai été très heureuse de savoir que c'est une femme qui a gagné cette année-là et l'année suivante aussi !”. La cheffe d’origine brésilienne, qui a travaillé pendant un an pour la chanteuse Madonna, assure avoir croisé beaucoup de femmes cheffes au fil de sa carrière. Elle soutient aussi que pour être savoureuse, toute cuisine doit avoir une pincée de féminité “une cuisine exclusivement masculine est très tendue”. 

 

☀ Des perspectives radieuses

Bien qu’on les voit peu à la télévision française, les femmes cheffes sont pourtant bien présentes et visibles dans les concours culinaires en France. “Quand les femmes s'inscrivent à un concours, elles le font à fond. Mesdames, lancez-vous !” interpelle Vérane Frédiani.

D’ailleurs, cette année, la cheffe Naïs Pirollet a remporté le Bocuse d’Or France. C’est la première fois qu’une femme représentera la France en 2023 dans l’histoire de cette compétition culinaire internationale. 

Aux TheFork Awards 2021, premier prix culinaire décerné par le grand public, trois femmes cheffes ont été récompensées, parmi lesquelles Mariana Mateos qui a reçu le Prix Jeune Cheffe Elle à Table. Et nous verrons très prochainement quelles surprises nous réserve l’édition 2022 du Guide MICHELIN. 

Les femmes de la restauration s’attachent à se mettre en valeur les unes et les autres par le biais de réseaux et d’événements pour partager leurs idées et leur façon d’appréhender leur métier (Elles Sont Food !, RestaurantHER, ParabereForum etc.).

Si elles ont longtemps été mises à l’écart, elles retrouvent aujourd’hui la confiance d’ouvrir grand les portes d’un monde auquel elles appartiennent depuis toujours mais qui n’avait jusqu’alors, pas pris la mesure de leur place véritable.

Elles apportent une approche et un langage novateur, une sensibilité, une fluidité et une transmission singulière” affirme Rosanna Ponge. Comment l’expliquer ? Les femmes cheffes ont appris à créer avec moins, elles sont beaucoup plus dégourdies, endurantes et économes. Toutes ces qualités sont en phase avec le monde qui nous entoure. Elles sont donc bien... dans l'air du temps“ soutient Vérane Frédiani. 

Discover TheFork Manager

Gain greater online visibility

Increase your table occupation rate

Fight against no-show

Rely on Industry expert